JEAN-FRANCOIS, CANADA, Québec, 2010

Je vais prendre ici le temps de vous raconter mon histoire plutot longue d'amour avec ma R16! Depuis longtemps, la R16 faisait partie de mon Top 5 de mes voitures preférée. Ayant deja entrepris la restauration d'un coupé MGB GT de 1971, je m'étais donné comme défit de retrouver une 16. la bête étant plutot rare au Quebec, je me suis mis alors a la recherche d'une R5 encore assez disponible localement. C'est en fouillant les petites annonces que je suis tombé par hasard sur l'unique R16 survivante au Québec, une TA Boite Auto de 1971 en normes US fabriquée au localement a St-Bruno en banlieue de Montréal. J'ai bien cru être capable de restaurer cette voiture, mais malheureusement, elle était complètement pourrie. J'ai abandonné l'idée il y a 3 ou 4 bonnes années que le hasard m'amene finalement a réaliser mon rêve! Étant grand collectionneur de Vespa anciennes, au grès des visites en France, je me suis lié d'amitié avec d'autres passionnés. L'un d'entre eux, d'Antibes, lors d'une visite au Quebec, s'est mis en tête de m'acheter une Vespa de 1967 plutôt rare en France mais assez commune au Québec. Après une certaine discussion, on s'est entendu pour la somme de 2000 Euros. Au moment ou il allait m'envoyer cette somme, j'ai eu un flash... Garde le fric, je vais t'envoyer marchander pour une voiture ancienne francaise pour la somme équivalente! Après quelques recherches sur Anciennes.net, je retrouve une belle R16 1150 en parfait état d'origine, première main dont le proprio était l'agent Renault de son village de Provence. Je demande donc comme ça sans trop y croire, a mon ami Vespiste Antibois, d'aller jeter un coup d'oeil à cette voiture dans le bout de Dignes. Un R-V est fixé pour le dimanche suivant et dans la nuit de dimanche, a 4h00 du mat ici, Pascal me réveille au téléphone pour me dire que l'auto est magnifique! Le gars en demande 2000 Euros, l'auto est entreposée depuis 3 ans, puisque le proprio est décédé depuis et c'est le fils qui liquide la succession. Le controle technique étant passé, l'auto est négociée a 1600 euros! Pascal achète alors la voiture sur le champs et ramène ca sur Antibes. Étant concessionnaire de Vespa, il passe la CG Normale a son nom de compagnie, sur un W et roule la voiture sans CT au nom de son concessionaire. Moi je prend un billet d'avion pour Juin 2008, et deux semaines avant mon arrivée sur Nice, il envoit la voiture chez un mécano spécialisé près de Cannes pour remplacer l'embrayage qui patine et pour faire une bonne mise au point de la voiture pour mon voyage. J'arrive a Nice deux semaines plus tard et ayant un peu oublié cette voiture, je recois alors tout un choc lorsque j'aperçois cet ami venir me ceuillir moi et ma copine a l'aéroport au volant de cette magnifique voiture! Le reste n'est qu'un souvenir innoubliable d'un des plus beaux voyages en France! Sur 20 jours, je vais parcourir les différentes régions de France a son volant en rajoutant plus de 6000 km sur les 67 000 km originaux au compteur. J'ai fais Nice-Paris par l'autoroute sans problème, puis après un séjour de 2 jours sur la grande capitale, je suis me suis dirigé vers Dijon pour 2 autres jours. Puis cette belle R16 m'a amené dans les Alpes sur Annecy, puis Genève, ensuite en Mauriennes, sur les cols du Galibier et de la Croix de Fer. Puis voyage a Turin, retour sur le Col de Tendes, Monaco, la cote d'Azur de long en large. La Provence, retour sur le village d'origine de la voiture ou j'ai pu picoler avec des copains d'Aimasso, l'ancien proprio de cette voiture, a Peyruis (04). Puis St-Tropez, Marseilles et retour sur Antibes. La veille du retour sur Montreal, je lui offre son dernier périple d'adieu en France ou je retourne a Marseilles ou elle sera prise en charge par les dockers en grève! La suite est plus compliquée, j'ai du me cogner à la bureaucratie et au peu d'empatie des responsables francais au niveau du transport maritime. (On me demande de déposer la voiture au port conteneur de Marseilles. Sur place, on m'annonce que c'est plûtot a Fos-Sur-Mer que se situe le port conteneur!), Puis on va me lancer d'un bureau à l'autre a Fos avant de prendre en charge la voiture. Sur place par contre, les dockers Marseillais sont vraiment sympa! Alors qu'ils refusent de préparer les conteneurs et laissent pourrir une douzaine de Porsche et de Ferrari sur le quai (c'est la grève!), à la vue de ma petite R16, c'est l'amour fou! Ils vont embarquer la voiture immédiatement! Le reste, ca sera quelques tracasseries administratives avec les autorités portuaires canadiennes qui vont garder la voiture sous scellés pendant plus de 2 semaines en suspectant des transmissions de virus ou d'espèces végétales intruses dans la terre provençale qui recouvre les puits de roue de ma belle R16! C'est finalement après un mois et demi de transportation en mer et aux ports que la voiture est libérée au Quebec. Depuis, elle parcour les belles routes de la province. A son volant, je suis allé déja faire un voyage de 2000 km jusqu'en Gaspésie. J'ai visité New-York City, elle a vu Toronto. Ses roues se sont baladées en Nouvelle-Angleterre aux USA (Maines et Massachuset dont Boston). Elle a aussi eu la chance de rencontrer une autre 16 aussi, mais une americaine qui a côtoyée de grosses voitures toute sa vie aux States! (un autre amateur de Renault 16 est venu me visiter a Montréal au volant de sa TA boite Auto version US avec les 4 phares!) Voila mon histoire... A chaque fois que je place mes mains au volant de cette voiture, je ressens le parfum de la Provence, j'entens le bruit des cloches a vaches savoyardes, je ressens le stress des parisiens qui me poussent au cul, je ressens la brise venu de la meditérannée et je peux même sentir l'odeur des pâtes italiennes ou du fric des banques suisses... C'est tout ça que je ressens au volant de ma R16! Que du bonheur.... et je passe par dessus la multitude de rencontres faites avec les Francais qui se rapellaient leur beaux souvenirs de jeunesse au volant ou assis a l'arrière... A ce sujet, une de ces histoires touchantes est celle de cette femme en Savoie qui me demande si elle peut s'assoir dans la R16, mais biensur! et elle s'assit alors a l'arrière en mimant le geste de taquiner les oreilles de son papa qui conduisait la voiture! Voila... mes aventures au volant de Brigitte! (c'est son petit nom). la je vous laisse, je vais aller faire un petit tour de roues dans les rues de Montréal!
Share |